Qu’est-ce que FaceApp, l’application virale qui vieillit le visage avec un réalisme incroyable

FaceApp est l’application virale de ces derniers jours : des millions de personnes l’utilisent entre autres pour se vieillir le visage d’une manière incroyablement réaliste. Dans ce dossier on vous dit tout sur cette application, des liens de téléchargement, aux alternatives en passant par un tutoriel, une plongée dans son fonctionnement intrinsèque et la polémique autour de risques supposés pour la vie privée.

FaceApp est une application iOS et Android gratuite spécialisée dans les filtres photo avancés et autre Face Swaps. Ces dernières semaines, c’est surtout le filtre vieillissant qui fait parler de lui : les photos saisissantes d’amis vieillis avec beaucoup de réalisme se multiplient depuis quelques jours. Les fans de de l’application ont même lancé le #FaceAppChallenge sur Twitter.

Certains ont même tenté de vieillir des photos de célébrités jeunes et comparé avec les vraies photos de leur visage quelques décennies plus tard. A chaque fois c’est la même surprise – le résultat est incroyablement crédible, à tel point que c’est presque comme si l’application avait la capacité de vous montrer l’avenir !

Développée par l’éditeur russe Wireless Labs, FaceApp existe depuis janvier 2017. Et elle a déjà eu son petit lot de scandales : en avril 2017, par exemple, un filtre pour se rendre sexy avait été retiré après des accusations de racisme – le filtre éclaircissait systématiquement les personnes à la peau sombre. Quelques mois plus tard, en août, c’était au tour de filtres ethniques permettant de se transformer en « indien » ou « asiatique » de faire polémique.

Plus près de nous, la soudaine vitalité de l’application fait craindre des risques potentiels autour de la vie privée. Risques qui s’avèrent néanmoins injustifiés.

À lire également   Google Chrome : la prochaine mise à jour rend le mode Incognito vraiment privé

Comment installer FaceApp (Google Play, App Store et APK)

Pour installer FaceApp, il suffit tout simplement de télécharger l’application depuis le Google Play Store ou l’App Store. Vous pouvez également télécharger directement l’APK de l’application. Pour aller plus vite, nous vous proposons les liens directs Google Play Store, App Store et APKMirror :

Pour cela :

Ouvrez FaceApp
Lors de la première ouverture, autorisez l’accès à vos photos
Choisissez l’une de vos photos ou prenez-en une nouvelle
Choisissez l’icône âge en bas
Choisissez le filtre Old
Appliquez pour enregistrer la photo

FaceApp : pourquoi c’est si réaliste

Le résultat du filtre vieillissant de FaceApp est étonnant. Certains se sont même amusé à vieillir des photos de célébrités jeunes pour vérifier la pertinence des changements morphologiques réalisés par cette application. Wireless Labs s’est spécialisé depuis 2017 dans ce genre de morphing en s’appuyant sur le machine learning et l’intelligence artificielle. Concrètement, les concepteurs de l’application ont nourri un modèle avec des photos de personnes jeunes et des photos de personnes d’un certain âge. Au bout d’une certaine quantité de données, et si ces dernières sont suffisamment variées, le modèle « sait » imiter le vieillissement, quelque soit votre visage.

Voici un exemple avec notre rédacteur en chef Romain Vitt :

FaceApp : faut-il s’inquiéter pour vos données ?

Avec un tel coup de projecteur ces dernières semaines, et un passé parfois sulfureux, des internautes ont vite fait remarquer que les conditions d’utilisation de l’application, notamment en matière de données personnelles, sont étonnantes. L’accès aux photos des utilisateurs y est par exemple décrit comme « irrévocable ». Au risque de faire dire à certains sites comme 9to5Mac que les utilisateurs envoient sans le savoir toutes les photos de leur smartphones sur des serveurs basées en Russie. Cet article a été comme d’autres depuis abondamment amendé par des tests de chercheurs en sécurité et un communiqué de Wireless Labs.

À lire également   Netflix perd des abonnés pour la première fois depuis 2011

Leur conclusion, c’est qu’il ne semble pas qu’il y ait de vraie raison de s’inquiéter. D’abord, parce que comme le montre le chercheur en sécurité français Elliot Alderson par « A + B » dans une série de tweets, l’application n’envoie sur des serveurs que la photo que l’on choisit d’éditer et seulement cette dernière. L’application ne semble autrement pas réaliser de requête déraisonnable, ou menaçant la vie privée des utilisateurs.

Par ailleurs FaceApp explique dans un communiqué que ces photos sont généralement supprimées sous 48 heures, que l’application accepte les requêtes individuelles pour supprimer ses données personnelles, qu’elles ne sont pas liées à des données d’identification, et que dans tous les cas aucune donnée n’est partagée avec des tiers ou vendue. Par ailleurs, la firme précise « même si le coeur de notre équipe R&D est basé en Russie, les données utilisateur ne sont pas transférées en Russie ».

Pour enfoncer le clou la firme conclut ainsi son communiqué : « Nous aimerions commenter l’une des inquiétudes les plus courantes: toutes les photos de la galerie seraient téléversées sur nos serveurs après que l’utilisateur autorise l’accès aux photos […] Nous ne faisons pas cela. Nous téléversons uniquement une photo destinée à être éditée. Vous pouvez vérifier cela avec n’importe quel outil de sniffing réseau disponible sur internet ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *