genius logo

Genius.com accuse Google de voler ses paroles de chansons

Google s’est-il approprié le contenu du site de paroles de chansons Genius.com afin d’alimenter la onebox de ses pages de résultats de recherche ? C’est en tout cas ce qu’affirme Genius, qui a utilisé une astucieuse technique pour obtenir des preuves. Google rejette la faute sur un fournisseur tiers.

genius logo

Le site Genius.com, réputé pour proposer les paroles de milliers de chansons, d’abord de rap avant de s’étendre à tous les genres, accuse Google d’avoir exploité ses contenus sans son accord pendant des années en les utilisant pour ses résultats de recherche. Un utilisateur pouvait alors accéder à des paroles directement depuis la onebox de la page de résultats Google sans avoir besoin d’entrer sur Genius.com, rapporte le Wall Street Journal.

Genius.com demande des comptes à Google

Via l’intermédiaire de son patron de la stratégie Ben Gross, Genius a fait savoir à The Verge qu’il avait en sa possession des « preuves irréfutables » qu’il avait soumises à la firme de Mountain View. « Il s’agit d’un problème grave et Google doit y remédier », estime Gross. Un porte-parole du géant américain a réagi, indiquant que Google est en train « d’enquêter sur ce problème avec [ses] partenaires ». Ajoutant que « si nous constatons que les partenaires ne respectent pas les bonnes pratiques, nous mettrons fin à nos accords ». Bref, la faute est clairement rejetée sur un acteur tiers, en l’occurrence  LyricFind Inc, qui dément de son côté tout vol de contenus à Genius.com.

De cette histoire, on retiendra aussi la technique utilisée par Genius pour confirmer ses doutes quant au fait que Google recopie des contenus. Dans les paroles de certaines chansons, le site a utilisé une série d’apostrophes, tantôt droites et tantôt courbes, afin de former un genre de filigrane. Encore plus fort, celui-ci peut être traduit en code morse et donne « red handed » (sur le fait, la main dans le sac).

À lire également   Windows 10 : pourquoi le Bloc Notes débarque sur le Microsoft Store

Source : Wall Street Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *